Tout savoir sur l'Olivier

L’olivier fait partie de la famille des oléacées qui comprend, entre autres, les lilas (Syringia), les troènes (Ligustrum) et les frênes (Fraxinus), ainsi que nombre d’arbustes comme les forsythias, les jasmins.

Aspect général

Très rameux, au tronc noueux, au bois dur et dense, à l’écorce brune crevassée, il peut atteindre quinze à vingt mètres de hauteur, et vivre plusieurs siècles. Cependant, sous l’action d’animaux de pâture, ou dans des zones extrêmement ventées, ou exposées aux embruns, il conserve une forme buissonnante, de défense, et maintient la forme d’une boule compacte et impénétrable, lui donnant l’aspect d’un buisson épineux. Dans la plupart des modes de culture, les oliviers sont maintenus à une hauteur de trois à sept mètres afin de faciliter leur entretien et la récolte des fruits.

Feuilles

Les feuilles sont opposées, ovales allongées, portées par un court pétiole, coriaces, entières, enroulées sur les bords, d’un vert foncé luisant sur la face supérieure, et d’un vert clair argenté avec une nervure médiane saillante sur la face inférieure.
Le feuillage est persistant, donc toujours vert, mais cela ne veut pas dire que ses feuilles sont immortelles. Elles vivent en moyenne trois ans puis jaunissent et tombent, principalement en été.

En cas de sécheresse, les feuilles sont capables de perdre jusqu’à 60 % de leur eau, de réduire fortement la photosynthèse et de fermer les stomates permettant les échanges gazeux pour réduire les pertes en eau par évapotranspiration, permettant ainsi la survie de l’arbre au détriment de la production fructi-florale.

C’est grâce à sa feuille que l’olivier peut survivre en milieu aride. Quand il pleut, les cellules foliaires s’allongent pour emmagasiner l’eau. Et, en cas de sécheresse, les feuilles se rétractent et bloquent l’activité de photosynthèse au détriment des fruits.

Fleurs

Les fleurs sont blanches avec un calice, deux étamines, une corolle à quatre pétales ovales, et un ovaire de forme arrondie qui porte un style assez épais et terminé par un stigmate. Cet ovaire contient deux ovules. Les fleurs sont regroupées en petites grappes de dix à vingt, poussant à l’aisselle des feuilles au début du printemps sur les rameaux âgés de deux ans.

La plupart des oliviers sont auto-fertiles, c’est-à-dire que leur propre pollen peut féconder leurs propres ovaires. La fécondation se fait principalement par l’action du vent et la période de fertilité ne dure qu’une petite semaine par année. S’il ne pleut pas trop durant cette période, 5 à 10 % des fleurs produiront des fruits pour une bonne production.

Fruits

Le fruit, l’olive est une drupe, dont la peau (épicarpe) est recouverte d’une matière cireuse imperméable à l’eau (la pruine), avec une pulpe (mésocarpe) charnue riche en matière grasse stockée durant la lipogénèse, de la fin août jusqu’à la véraison. D’abord vert, il devient noir à maturité complète. Le noyau très dur, osseux, est formé d’une enveloppe (endocarpe) qui se sclérifie l’été à partir de la fin juillet, et contient une amande avec deux ovaires, dont l’un est généralement stérile et non-fonctionnel: cette graine (rarement deux) produit un embryon, qui donnera un nouvel olivier si les conditions sont favorables.

Racines

Lors de la germination du noyau, le jeune plant développe une racine pivotante. Puis en croissant, l’olivier développe un système racinaire essentiellement peu profond 60 à 100 cm à développement latéral, dont les racines principales débordent peu l’aplomb du feuillage, alors que les racines secondaires et les radicelles peuvent explorer une surface de sol considérable. Le chevelu racinaire se limite en général au premier mètre de sol et est particulièrement développé dans les zones plus humides. Au-delà du premier mètre poussent des racines permettant l’alimentation de l’arbre en cas de sécheresse.
Seules les radicelles émises au cours de l’année permettent l’absorption de l’eau. Les racines de l’olivier sont capables d’extraire de l’eau en exerçant une importante force de succion de l’ordre de – 25 bars sur le sol, contre – 15 bars en général pour les autres espèces fruitières, lui permettant de prospérer là où d’autres se flétriraient. Pour limiter la concurrence hydrique entre les oliviers, l’espacement entre les arbres doit tenir compte des ressources en eau : la plantation sera plus rapprochée dans les oliveraies irriguées et plus espacée dans les vergers en culture pluviale soumis à la sécheresse.

Nous trouver

ADRESSE
Centre I.Life City – Route Suisse 8a
CH-1163 Etoy

HORAIRES

Mardi – Vendredi : 11h00 – 18h00
Samedi : 10h00 – 18h00

Cependant pour un conseil personnalisé
sur les oliviers, il est recommandé
de prendre rendez vous au 079 472 85 09

CONTACT
Tél : 079 472 85 09
Fixe : 021 552 62 42
Fax : 021 552 62 45

Contactez-nous

12 + 1 =